Diplôme Universitaire : Explorer et Comprendre l’Univers (2016-2017)

DU ECU de l’Observatoire de Paris -UFE

>>>>>> http://ufe.obspm.fr/Diplomes-d-Universite/DU-en-presentiel/DU-Explorer-et-Comprendre-l-Univers/

Formation à l’astronomie et l’astrophysique destinée à toute personne souhaitant acquérir un panorama des connaissances actuelles par le biais de contacts directs avec des chercheurs de l’Observatoire de Paris. L’enseignement a lieu à l’Observatoire de Paris, sous forme de cours, de travaux dirigés et pratiques, complétés par un stage pratique à l’Observatoire de Meudon et un stage d’observation à l’Observatoire de Haute Provence (OHP) facultatif. Les cours filmés et les présentations du DU ECU en présentiel sont mis à disposition sur une plate-forme numérique MOODLE réservée. Les personnes ne pouvant assister au cours peuvent suivre ces derniers à distance (mode vidéo) et en différé (environ une semaine) via cette plate-forme .

Enseignements en mode présentiel ou vidéo (90 heures de cours + TD)

Astrométrie et mécanique céleste (Jérémy Vaubaillon)

Ondes et instruments (Mathieu Puech)

Etoiles et MIS (E. Michel)

Le soleil (L. Klein/JM Malherbe)

Les galaxies (Florence Durret)

Planétologie ( A. Doressoundiram) 

Traitements des données (M. Rodrigues)

Phulisophie des sciences (G. Leconte/Y. Tonerre)

Cosmologie (D. Valls-Gabaud)

Astrophysique Hautes Energies (A. Le Tiec, A. Zech, S. Vergani)

Histoire de l’astronomie (J. Lamy)

Présentation du stage à lObservatoire de Haute-Provence

>>>> Mon mémoire de stage (link to pdf)   80 Mo <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Le stage à l'OHP clôture l'année d'enseignement du DU ECU de l'Observatoire de Paris. Il s'agit d'une mise en situation pratique avec 3 instruments distincts au cours de 4 nuits :

1) le T80 pour l'observation principalement visuelle et l'apprentissage du pointage de l'instrument en fonction des coordonnées célestes de l'objet, du temps sidéral local, des éphémérides données en temps universel, et du temps local. Pointer un objet au méridien avec une hauteur optimale proche du zenith offre la meilleure visibilité de cet objet en réduisant au mieux l'airmass, en d'autres termes l'épaisseur relative de l'atmosphère terrestre avec ses effets délétères: la diffusion et la réfraction due aux turbulences.

2) le T120 pour l'imagerie CCD avec acquisition et réduction des images afin d'obtenir une image la plus fidèle de l'objet étudié en augmentant au mieux le rapport signal/bruit, puis analyse photométrique et/ou calibration astrométrique de ces images pour l'obtention des coordonnées célestes précises de chaque objet étudié.

3) le T152 dédié à la spectrographie avec le spectrographe Aurélie [4800 à 5200 å]. La chaine image permet après réduction et calibration d'obtenir des spectres calibrés d'une étoile, d'une nébuleuse planétaire, d'une galaxie, etc…

Ce stage à l'OHP, grâce à nos encadrants, nous a permis de nous immerger dans la démarche scientifique de l'astronomie professionnelle. Il nous a offert la possibilité de nous confronter à des instruments professionnels imposants, à une bonne pratique de l'acquisition d'objets divers en planifiant rigoureusement notre  travail, obtenant des images adaptées, réduites, donc exploitables sur le plan scientifique. Nos premières analyses de spectres d'étoiles et nos mesures astrométriques sur les différents petits objets du système solaire ont été pour nous une révélation enthousiasmante. Celà nous incite à poursuivre cette démarche, même avec une pratique amateur, en espérant participer à des travaux “pro-am“ sur la recherche de nouvelles nébuleuses planétaires ou d'autres travaux sur les étoiles variables ou transit d'exoplanètes.    

1) Résultats de la détermination précise des 4 satellites d'Uranus (sur 27 répertoriés à ce jour) de Vmg ≈ 13.7 détectés sur nos images acquises au T120 de l’OHP. Identification finale après calibration astrométrique du satellite Titania pour la nuit du 24 Août 2017 / 01h40min58sec à l’OHP.

2) Géocroiseur : Intégration de 6 images réduites de 6053 (1993 BW3) acquises au T120 de l’OHP. la nuit du 23 août 2017. 

3) Spectrométrie. Vega de la Lyre (HD 172167) - Spectre bien défini avec une profonde raie d'absorption Hb intense et aussi très large, cet élargissement est due à l'effet doppler induit par la très grande vitesse de rotation de l'étoile. Le reste du spectre est pauvre avec de petites raies du Mg. Donc cette étoile chaude (bleue) a une faible métallicité et une grande vitesse rotationnelle. Une étoile à faible métallicité est issue d'un milieu pauvre donc plus primordial.



   

Site and all contents copyright©2011 Gérard Finet