Observatory for astromomy

 

Création d’un abris d’observation astronomique amateur

Sur un excellent site au nord de la Lozère, indemme de pollution lumineuse, un peu humide car près d’une petite rivière, j’ai souhaité construire un observatoire fixe pour les périodes de vacances ou WE prolongés.

C’est sur une petite terrasse abritée qui acueillait les ruches de mon beau-père que j’ai organisé cette construction. Mon beau-père a gentillement accepté de déplacer ses ruches (moins risqué…).

 

 

Le premier travail est de défricher le terrain, élaguer légèrement, et positionner le site de la dalle en béton qui recevra l’abris. Je souhaite aussi que ce petit coin soit esthétique « un peu japonais ».

 

 

Le cogniacier est taillé, le sol est travaillé avec création d’une petite bûte. Une dalle 3 m x 3 m est coulée dans un coffrage sur gravier (drainage) et parfaitement nivellée (épaisseur de 15 cm). Une gaine électricité est placée. La dalle dépasse du sol de 5 cm pour ne pas subir d’écoulement d’eau. Un coffrage spécifique à la monture (50x50 cm) est creusé sur une profondeur de 50 cm. Il sera coulé secondairement avec un joint spécial pour amortir toutes les vibrations issues de la dalle principale.

 

Installation d’un abris de jardin bois emboité (modèle NYON) acheté chez Weldom. L’épaisseur est de 19 mm, ce qui est un minimum acceptable pour la solidité générale et la longévité de l’abris. Au sol les dimensions intérieures sont de 2.23 x 2.23 m soit 5m2. Les dimensions extérieures sont de 2.46 x 2.46 m la hauteur maximale est de 2.10 m et de 1.74 m sur les cotés.

Le socle de la monture a été volontairement excentrée au sud (80 cm) offrant ainsi au nord un espace plus grand (140 cm).

Le montage est simple à ses débuts.

 

 

Deux couches de lazure sont passées au fur et à mesure de l’assemblage. 

 

Une poutre (section 45x67 mm) est boulonnée sous la poutre du toit. 3 roulettes sont fixées sur chaque poutre.

Une seconde poutre est placée en dessous et boulonnée sur les montant de l’abris. Sur cette poutre, une équerre en acier est vissée afin de guider le roulement du toit. Chez castorama, je n’ai trouvé que des longueur de 2m et donc deux équerres sont nécessaires pour le roulement complet. Un raccord apparaît donc. C’est une limitation. Il faudrait vraiment trouver une longueur de 4.5m. Ce sera fait dans un second temps.

 

Le toit est fini à l’extérieur avec le placement des voliges. Son poids total sera avec les toiles goudronnées de 55 kg. 

 

Avec une scie sauteuse, les parois de l’abris sont découpées afin d’enlever tout obstacle au roulement du toit. Des poutres (5x5 cm) sont vissées à la verticale à chaque coin extérieur de la cabane afin de consolider la structure.

 

Un montage de poutres (50 x 70 mm) est créer à l’arrière de la cabane afin de porter le roulement du toit.

 

Les poutres porteuses arrières sont placées dans une semèle vissée sur une embase en béton (40 x 40 cm sur 30 cm de profondeur). Ces semèles éviteront toute putréfaction des poutres.

 

L’abris de termine avec le placement des portent et une dernière couche de lazure. De plus un jointage silicone est fait sur la toiture.

 

Vue de l’abris fermé.


Le coût de l’abris a été de 690 euros.

300 euros de quincaillerie et de poutres supplémentaires ont été nécessaires.

Cet observatoire a donc couté près de 1000 euros.

1 jour pour le montage de l’abris seul et 2 autres jours pour le toit et son système complet de roulement, avec les finitions.

Je remercie beaucoup mon beau-frère Daniel (à droite) pour son aide très précieuse et ses conseils avisés.

Je remercie aussi beaucoup Mr Desroches (à gauche) pour son aide et son coup de pinceau efficace.

 

 

Les nuits d’obervation peuvent commencer…

 

 

 

 


Site and all contents copyright©2011 Gérard Finet